ANTONll LAURENTII DE JUSSIEU

c

t* i-

-i"

^IK"!

REGI A CONSILIIS ET SECRETIS , DOCTORIS AlEDICI^t

PARISIENSIS , REGI^ SCIENTIARUM ACADEMI^ REGI^QUE SOCIETATIS MEDIC^ PARISIENSIS , NECNON ACADEMIARUM UPSAL.

F

MATRIT. LUGD. SOCII , ET IN HORTO REGIO PARIS.

BOTANlCES PROFESSORIS.

GENERA PLANTARUM

SECUNDUM

ORDINES NATURALES

■^^-

D I S P O S I T A ,

JUXTA METHODUM

REGIO PARISIENSI

EXARATAM , ANNO M. DCC. LXXIV

\

MISSOtlRT BOTANICAi. - GARDEN.

mM

i

b

»

P A R I S I I S ,

Apud Vlduam HERISSANT, Typograplium ; vla novS

B. M. fub figno Crucis Aure^e.

Et T H E o p H I L u M B A R R O I S , ad ripam Augnftlnianorum.

1789.

-y

Ht««OUl»J »OTANtCM

^

*\ t 4 - >

■, M^

r ** -*

\ ^ ^

\

r

' x.

-

^

(3

f - V\ * -i

K

* 4 * r

t ^

S\

k

1 r

^ f

^,

<^

-- V^

i *

Qy^^TM Jit molh fcUntlam ditiujfme arhitrariam & divhm ad \trum revocare propojitum j patebit ex inftitutd in planils "^emrum or^ Mnmnque hodiernd di(irihutione\ qucz licct accuratius etaboraia'^ itt^

ratis fensim perjiciehdd ejl Botanicorum pnzfcntium dc futurorurh oB^ fervatlonibus ac meditatlQnlbus, Syftcmatica pr'cevaluerat femper doc^ irina expeditlof^ Qfubindc methodi naiuralisfucrat pmtermifsa dificiHo.r difquifiiio. Nunc autem fuh quindecim hovce ordindtiohis clajjibus ^non fyftematica more omninb circumfcrTptls ^ fid juxta Naturd lcgem mutuo conncxis mititdnt ccntcni ordines , finguU plara compkBentes genera , alii verc naturaUs , alii recognofccndi. Omnlum difpofitiomktud* nunc

s *

genuina affinitatihus reSS ' famutaiur ^ nunc iifdem mirius obtemperat ^ non tepim naturalium fed praV'(& earum interprctationis vitio, Tentanda igitur pluries cara£ierum ceftirhatid'^ iinde ceruor erueiur generurn ordi- dinatio ium univerfalis tum partialis > ah hodiernd certe difpaf^ Autore ^huUatenus refrdgante. td enirh- fatis eflt ipjt ^ fireferatis Natur<z tegihus Boianicos plures ' d fyftcmaticd fcientid dvertens j eos ad naturatetfi

adduxeriti

#^v

m. +

\ 4*4«t

Benemulta Linnccanis addidit generd , tum d diverfis Autonhusjarri promulgataj tumqucedam ipfi propria ^ tum plura nova qucz in itinere hotanlco detexit dc in(lituit Indefeffus pcregrinator Commeffonius,

Jiic patiens lahoris & acer ingenio ^ Botamces 6* fcienticz Zodlo^ giciZ peritifflinus novariimque Appetens rcrum , imperante Ludovico XV, & Buginvillao duce^ annis 1767 & iydS oras luftravit Srafiliehfes^ Bonarienfes y Magellanicas ^ & injidds Otahiti, novarn^ Britdhniam ,

F

Boiiro y Javam \ Rodericarn^ aTiafque adjdcentes. Intermifsi dein rza^ Vigatione fubftitit per quinqWennium in irfuld Maurilland cujus ut & Borhdnica^ viciriioris integram fufcepit Phytologiam aique Zdoto giarn i & bis intered Maddgdfcariarh adiit , plantas & animantia in triplici infuld collegit i defcripfu atque delineari curavit , faVente ac promovcnti D Poivre merittjfmo colonm prafeSQ qui tpfum hofpitio

(4)

€xceperat fumptibus qtiibupbet folutum, Plurlma ex ejufdem peregrina- tione & ajjiduo labore fpcranda fiit utllitas ;fedpoft optimi in Galliarr. reducis prafedi dlfccffum ^ fuccejfhri invijus y tcedid gravi & inveteratc morho & protraflis exhauftus vigiliis ^mox occuhult anno 1773 y nondum difpojitd generali inventorum ordinatione, Ipfius colle^anea Regio juffu Parijios adveSay in Hiftoria naturalis Mufao fervantur ; phraqut tamen in trajeBu evanuere fuhduEla manufcripta ut & plantce Otahi- tienfs, Hodierai \operls Autori commiffa fuit hcrbariir Commerfontani tria circiter fpecicrum, diftifT^aru/n millia^ compleflcntis cura , 6* ex re* llquis d^fcriptioiiihxiS aul fczpihs e;c Jlqcis plantis cxccrpfu cara6leres S^^^K^.T- pl'^^q^rii fexaginta ^u^ in ordinum^fcrie fuo qucccjue loco difponuntur ^ donec oppcrtuno temporc numerofcc prodeant ejufdem novee, fpecies tacith elahorata,

Of^eri adduntur quadam genera Domhcyi Peruviana^ ea nempe qua 'cnterihs mijfa Autori ipfe communica\'it. Caitera noviffima ac Botanicis fiimnie defideranda in pofterum d Dombeyo aut ab altero editorc pro^ mulgabuntur^

^Npn pratermittuntur etiam Forshalii ^ Forfteri & Auhhtii genera plurima in Linnai fyftemate omifta^ quadam forte ulteriori fecognitione

rfiruhu

^

nomlna

_^__ *

Genera ac fynonyma ah invicem &- d fubfcquente caraSiernm enu- merationc diftinguuninr ftelluld inte^pofttd , & fngulis additur. ^utgrifm nomen ufu typograpkico decurtatum^ primd tantiim prolatd fylLbJ^ ut Dilknii , HalUri , Broxincei &c. , aut unicd nominis frequentius recur- fantisprimd littcrd fuperftite , M Tourncfortii, Linnai ^.VailUntii , Plu- merii {PL}, Linnai fdii Suppl ( LS. ) &c. Indicantur etiam deprompta

ex Aujoris MufaiQ ^ mm ii^Qncs Plumerild Burmanno^npn promujgata^ tum Camelli icones Luioncnfes delineatx noa ari incifcs , cujus defirip'

ift. vi}l, 3 conftg

:/?■

^fatur generum fe

fimis ditata generlbus, qucz in prccfenti defi. perfeveramer recudendam quafipmfu

[cienticz promcvenda certb profumra & novlf-

V

xfcrlbhur , In opere tamen difilnHo gallice pojlk

4end.t pluTimis optaniibiu indigenls.

%

M.

/

y

^

EXTRAIT dcs Regiflrcs de rAcadimh Royah des Scknces^

diL prcmicr Juillet 1785?.

ous CornmifTaires , avons ex^mine, par ordre. (^e rAcad^mle,

N

iin Ouvrage^ latin dc M. de Juflicu fur la Botaniquc , incicule : Gcncra Vlantamm fecundum ordlnes naturales difpofita juxta mctho^ dum in Horio Regio Parifienfi exaratam , &c.

Ccc ouvrage pr^fente la fuite de tous les genres dt' plantes connus, difpofes par ordies naturcls ou famiUes fclon une mcthodc parcicu-

L

liere a TAutcur. . , ' "

Dans unc introdu^lion qui precede Touvrage, M, de Juflieu crablic Ics principcs d*apres Icfquels il croit que fcs ordres doivent etre form^s & difpofes eiitr^eux. Aprcs dcs. deSnitibns gener^Jps & prcliminaircs »fur riiifloire naturelle , fur la naturc des corps qui font robiec deTes rccherches , fur la dilUndion des corps organifcs 5c de ceux qui ne le font pas, fur la difFcrence dcs fcicnces qui s'occupcncde ccs corps, TAutcur obferve quc celle dcs corps organiTcs confiftc principalepient dans Tetude de leur organifacion , des fondions qui en refultent & dcs diiFercnces qu clle prefente dans chaquc ctre organife, foit animal, foic vcgctal. II en refulte , pour Ic Botanirte, la neccfTite dc connoicre d'unc pait cous les organes dont ies plantcs (bnc munies , & de rautrc touccs lcs modifications de chaque organc , c*eft-a-dire, ra<ftcrcs qui diftingucnt lcs plantes*

lcs ca-

Pour parvenir a cccte connoifrance , M. de JuJTieu rappcUc d'abord, <l'unc maniere abregee, les diverfes partics dcs pbntes, leur ftrudure Sc lcurs fondious j il parle enfuice de lcurs differenccs, & enoncc fuc- ceilivement cellcs de chaquc organc en dcfinilTanc Ie,> ccrmcs qui cxprimcnt chaque differcnce , & dont on rcttouve la fcric dans plu- fieurs ouvragcs de Botaniquc. Les caradcrcs refujcans de la manicre d'ecrc dcs organes , font confideres ici fclon Ic ncnibrc 5c la naturc dcs organes memes, felon leurs divcrs degres dc conftancc ou de vaiiatioh & febn les rapporcs qu*ils ont catr*eux dans une memc

f

riancc.

X'a{rcmb!age & la fucceflloa conftante dcs indiviaas fcmblablcs 011 cpnforrties dans tous leurs caraclcres , conftitue refpccc proprcmeot <iitc , qui eft Ic premier objet 4e Ja fcic:i::. M. de Juflieu ayunt

^3

]

(6)

w

^ia{i defini refpecc , cxpofe les principes admis & rucccflivemcat changes par les Autears, fur !a teunion des efpeces en genres ^ Sc dqs gemcs cn clalTesi les progres rucceffifs de la fcience dans cette partie ; les travaux dcs" principaux Aureurs , &i rur-tout <3e Tournefort & dc Linnc 5 enfin^ rutilite des reformes introduices par ce derni^r dans

la iioinenclarurc &z la defcription. Dans le nombre des fyflcmes ima- gines pour claffer les plantes, ccux dcs dcux Botaniftes deja cites *?c qui tiennent le premier rang , font Ics feuls analyfes dans^ cet Ouvragc. M. dc Juffieu , aprcs avoir pefe kurs avanrages & leurs inconveniens', dic que toutes les diftributions fyftematiques utiles pour

h

retude & pour nommcr plus aifcment ks plances, ne pe^yent eviter " ^ des d^fauts rcels, &qu'ellespe fontpoint la vraie fcience puifqn'clles ne font connoicre qu'une partic de rprganif^cipn. II en concluc quc ' ces diftribtjcions fyftematiq^es ne doivenc etr? iregardees quc commc

^es rablcs raifonnecs dans lefqupUes les plantes font difpofces arbitrai- rcment & fuivant des fignes de convcririon proprcs a Ics faire aife- menc recorinoitre^ cn atrendant qu on puifTe leur affigner kur veritable lleu dans rordre de la Nature qu'il regaide comme le feul digne dc fairc robjet de la fciencej le feul qui la conflitue veritablemenr.

Les Ppcamftes {cs p!us inflruits ont reconnu rexiflence dcs rapports tiaturels , !'imporrance de lcurs recherches & ravantage refulrant d'unc diflribucion qui prefcnrcroit tous les vc^eraux dans Tordrc dc ces rapporcs, Parmi les Auteurs qul ont falc, avec Ic plus de fucces, des recherchcs cn cc genre , M. de JulTIeu cite Llape qui a donnc dcs Fragmens ou ordres naturcls, mais f^ns leur affigner aucun carac- terc 5 Bernard de Juffieu fon oncle , qui a etabli une fuite d ordrcs xiacurels au Jardin Royal de Trianoti ; & M. Adanfon qui a pubiic depuis !ong-tcmps \in Ouyrage inticule Familles des Planres.

Enfuite M. dc Juffieu, rappellant les comparaifons faircs de la dif- poficion nacurelle des vegecaux avec une chaine dont les chainons font reprefcntcs par des plantes , ou avcc une carce geographiquc dans laquclle chaque etre pccupe un poinc fixe, chcrche a prouver quc , fi les materiaux de cet ordrc font difficiles n rafrcmblerj^ks principe« qui lui fcrvcnt dc bafe fotic faciks a reconnoittc & a' fixer. Aiufi , ayant obferve' que refpece efl la collctaion des individus abfolumcnt

^ fcniblabks j il a ajoute que , pcur fuivre la marchc de hNature dans lc rapprocliement dcs cfpcces , ilfaut joindre celks qui fe refTembknt par k plus gtand^ hombve de kurs caraft^tes, 8c irprouvc k vcrit6

. ('7)

^c ce ptincipc par rexamch de plufleurs genres tres naturcls & gini^

xalcmenc avoues.

Cecce analyfe ofFranten outie des cara£ieres plus conftans & d^auties qui le font moins , donne lieu a T^nonc^ d'un autre principe j favoir, que les caraderes doivent ctre pefes ou calculcs fuivanc leur vakur . relative , de force qu'un caraaerc conftanc equivaut a plufieurs ca- raaeies variables, Ces deux prinqipes reunis forment , felon rAuceur, la bafe principale dc la mechode namrclle, & donnent la mcfure des alfinices cxiftantes.^ Il en faic rapplicarion, non -fculemenc pour U formacion des genres, mais encore pour la reunion de ces memcs genres en ordres naturels dont il exifte pareillcmeuc des modeles avoues pac les Bocaniftes.

Ces ordres ^alyf^s lui donnent le moyen decablir unc premierc eftimation des carafteres qu*il divife en trois clafles principales : les prcmicrs fonc , felon M. de Juffieu , efTenticIs , toujours conftans , iiniformes dans tous les ordres, & tires d*organcs efrentielsj rels fonc, , rinfercion des etamines ou leur difpoficion rclativemcnc au piftil , la fituation de la corollc ftaminifere, & lc nombre des lobes ou coty-

lcdons de rembxion.

Les feconds fonc g^neraux, prefqu*uniformes, dans tous les ordres^ variables feulemc^nc par excepcion, & cires d'organes non cffentielsj tcls font la prefence ou le d^faut foit du calicq foic de la corollc non ftaminifere , la ftrucfturc de la corolle confideree comme monope- tale ou polypctale , la fituarion relative du calice & du piftil , enfin }a pr^fence ou Tabfencc ainfi que la nature du perifperme qui cft un corps particiilicr environnant rembrion^que Ton rcncont^e dans bcau-

coup de femences, Si auqucl Grew & M. Gacrtncr donnent le norai

latin ^albumen^

Les croificmes , c'eft-a-dirc , lcs caradcrcs dc !a troifieme chffe, iqnt tantoc uniformes, tantoc variablcs & tires des organcs, fpic efrentiels , foit non efrcntiels ; tels font le calice monophylle ou polyphylfc , lovaire fimplc ou mulciple, le nombre^ la propprtion & la connexion des ctaniincsj le norabrc des loges du fruic &: fa manicre des*ouvrir^ la poficion des, fcuilles & dcs fleurs & d*aurrcs.cara(n:eres analcgues.

M. dc Juffieu obferve que Ics gcnres d'une meme.famille fonc Vif-* cefiairemcnc confarmes dans les,pxemiers caracteres, qu'ils Ic font gfr" neralement dans les fcconds^ & plus 6\x moins foavent dans les^ttor^ fi^mes^ Ces confcgucnces §c ces ppr.cipes fonc fortifies par rcxcmplc

44

8

ilp^fion

xan2.

^ '-^

; Les 'brdrcs doivent ttre rcunis cn cla/Tcs , comnic Ics gcnrcs cn cu-drcs-, -dirM. de JuHieu, & ron /con^oic dcs-Io^'S que ce font 1<^ . «jSfaa^rcs cfTencicIs' ou tolijours uhifonncs qui peuvcnc feuls fervir a (lcfigaer Ics cla/Tes. II prouve aifeiTieac que les racjnes , Tcs tit^es 5c les fcuilles ne donnent aucun dc ces caradcrcs ; il penfc auHi que Ic drircc ■& mciiie la corolk qui inanqucac quelauefois, doivenc ^ttc dans Ic.meme cas. Ces caradcres nc peuvcnr donc ecre fournis quc par les- organts ftxucls qui fonc vcritablemcn: ertencith, parce qu ils fonclncceflaues pour former !a graine^ & qu^ils foat confequemmenc moins -que la graine mcme dans reconomic ve^dcalc. II en rcfultc, felOa rAutcur, que c'cft ndccfTarcmein dc la grainc quc doivcnc etrc tir^s ks prcmicis caradeies. Ccft ainfi que M. de Jullicu parvicnt a prouveu quc !a famcufe diftinaion des plantes ax Jco:yIedbnes , Mo- nochtylcdones & Dicotyleddncs ^ cft cflentiellemeni la prcmicrc dans Tordie de la Namre. Pour confirmer le fonjcmenc dc fon alfcrtion» ii cite runiformite dc ftru£):urc de^ rembnon vcgcral dans lcs ordrcs connus, SCy en quelquc forte, uac conformitc de ccc cmbrion avec le cccur ammal, qurdoaae cgalcmenc dans Ics Animaux lcs premicles

1

r La graiuc a fourni lcs piemiers caradercs : doic-elle donner encorc fcs fcconds 2 c'c{i la queftion quc fc faic M, dc Jufllcu ; mais il ne croic pas que lcs autrcs caradercs foicnt aufli, folidcs que le pre- micr quil empioie, &, cn cffct , Ics obfcrvacions n^onc pas encotc prouve le concraire. ' , " "

i Au defauc de la grainc , cc' font les organes fexuels qui doivent fournir les cara£leres fecondaires ; mais ils n onr feparemenc aucunc valeur, & rAuteur clierclie a prouvcr que le fcul caraacr.c folide quon ?n peut cirer , cft cclui qu'ih fourniffcnt cn commun , & qui cft conftitui

par leur fuuatioa lefpeaive , cV^ft-a-dire , par rinfcrtion dcs cramincs tonfidercc relativemcnt au piftil. En confcqucnce^ M- dc Jeflicu dif- |inguc trois inftrtlons ptincipalcs': Ics ccamincs fonc placces au-dcifus ou au-dciTous du piftil , oti bicn cllcs rcntourent ^tanfattachces aa c^alicc. Ces rrois infenions, dit rAurcur , font cflcnticlkmcnc dif- nncles catfellcs , & ne fe trouvenr jamais enfcmfclc dans un mcme 4>rdrc ;■ ellcs fonc Immcdiates lorfqiic Ics Jcanuncs tienncnt immcdla- temtnc aui trois points d<<figncs , & m/i/V^w Lorfquc les ctamincs

\

(o/it ponccs fur h corclle laquclle eft inrcrec clle-rricmc a Tua <?C5 frois poiius ; d'ou il fuic ^ fclQ.n rAuccur , d'unc parc que rinfertion des ctamincs a h corolle peuc quelquefois fe rcunir & fc rcunit ca effcc HAns.,un merri.e ordre avep chacunc des trois mfertions prirni- tivcs, & ^u*clle Tuit confequemmcnt dcs loix differentcs; (I'unc autrc part que, lorfque U corolle porte ks etamines , fa propre infcrcion devient un caraflcrc cfTcntiel , & que fes trois inferaous doivencccrc & font abfolumeiK diitindcs. ^" ^ ,

. Des cxemples appuyenr ces diverfcs a.iTcrtionS : nouS| iVcn fcrons pas 1'ciiQmeration", Sc uous noi/s difpcnfcrons cgalcment dedcvcloppcr ' lcs confcqucnccs quc rAuteur cn tire pour le rapprochcmcnt dcs crdrcs nacurcls & lcur diftribution clairiquQ.. U prouve quc rarrangement forme a Trianon par le celcbre Eernard de Juffieu , a pouc bafc la ilruclurc dc rembrion Sc rinfcrcion des ccamincs , & quc ces deux caradcres combines fuffifent pour formcr j dans Ics vegecauxj fcpc clafTcs principales fuivanc Icfquellcs lcs ordrqs de Trianoa font dif- pbfes. Cec arrangcmcnc^ dic rAuteur , a favantage de confervcr cous les ordrcs naturels dans leur integrite , & de n*adnieccrc comrac claf- fiqucs que des cara£leres cfTcnticIs.

Lc dcfir de mulciplicr les claifcs pdur facilitcr Tetudc , -a engagp M. de Juflieu a joindre aux caradercs premiers & eflentiels quclque caradere fecondaire & freneral . Sc il en trouve un dans la corollc confidercc comme monopetale ou polypetale oii nullc. II faic voir qtic ce caradere cft lic avec cclui de rinfcrtion des cramincs, mais qu'il eft, malgr^S cela, fujct a quelqucs eTccptions, *' "

. Nous n'entrerons pas dms le dctail des moyens que M- de Juflieu

cmpiole pour multiplier Ics clafles a Faidc de ce 'caradere , fans d^- compofcr les ordres. La mcchoJe qu*il propofe a deja ete etablie par Jui au jardia du Roi cn 1774 , & il en a deraille Ics principes ^ans '^un Memoirc donne a rAcademic la mcme annee. On y retrouve les prcmier^s diftindions tirces de rembrionj & Jcs fecondes caxac- t^rifce-sj tantot par rinfcrtion des cramines, & tanroc par la coroUc. II obrcrve lui-mcme que cette m^chode, ccmpofce de quinzc ckiks, ne pcut cvircr quelques cxccptions, puifqu'clle admccun cara(5lcrc non

efrcncielj mais clles fonr, dicI'Aurcur, cn bcaucoup plus peticnltobr

q^e dans rous les fyftemes qut fonc ordinalremenc fondcs fur des ca- radlercs dc mcindrc valeur. A ces ccnfidcracions , TAuteur ffe fuc- ceder des refiexions gcncralcs fur Ie£ avantages d'une mcchode nata-

m^-

(10) '

L

rrllc ou d^une diftribution fondce fur la confidcratloa des rapportS;^ avantages qui doivcnt la faire rechercher fcricufement par tous ks. Bocaniftes.

|i n*eft pas de fyftemc qui n'^ic determine quelques-uns dcs rap-». porcs cpnnus 5 mais tous ofTient en meme-temps des difparares en plus grand nombre qui les rendentties-defeclucux. Linn^ & M, Adanfbn^ Vun dans fcs fragmens , & Tautre dans fes familles , pnt fait bcau- coup de rapprochcmcns heureuxi Bcrnard de Junleu a de plus lie fcs ordres par des caiadleres primicifs pu de premiere valeur 3 cnfin ^ M- 4e JufTieu, fon neveu, ^doptanc les memcs principes, & don- nant , dans un Ouvrage complet, une fuice de 100 ordres naturels dans lefquels font conccnus 17^4 genres , rend en ce poinc un fcrvice important a la fcience. Chacuae de fes cUifes 'offrc d'abord un caraflere gcncral commuu a tous les ordres qui la compofent, Sc <:nfuicc des pbfervations qui indiquent , foic I*affinice qui exifte entrc plufieurs caraderes de la cla/Te , foit Ic principc d*apres lefqucls lcs_ ordres fonc diftribues , foic les particularices rem.arquables dans Is^ clafTe meme. Chaque ordrc rappellc les caraijtcres dcs genres qui Ic compofenc. Des fcitions plus ou moins nombreufcs fervenc encore a faire une Jiftribucion plus mechodiquc des genres dans Tordi^e, Lc cara^ere de ces gcnrcs cft fimple 5c cn memc-temps complec , parce que , laifTant de coc^ les carafleres communs deja enonces dans la ciaffe , rordre & la fcdion, il ne prcf^ncc que lcs figncs qui fervcnt^ a diftinguer un genrc dc fon voifjn & quifont cpmrnuns a touces

^ ^

lcs cfpeccs du genrc , n'oubIiant pas dxns cette enumeration ceux qui pei^vcnt ctre fournis par les partics ctrangcres k h frudification, Des ohfcrvations aJQqtees a la fin dc chaqqe ordre , dccerminent fon dcgrc d^affinice avec rordre qui le precede ou celui qui lc fuit , & ofFrent dcs difcuffions proprcs a jcttcr un plus grand jour fur les objcts traices, a appuycr k fenrimcnc de TAureur fur certains rapports admis , & prefentc dcs pxobfemcs & dcs douces intercffans a refoudrq.

1 - - - ^

M. de Juffieu a place a la fin de fon travail une fuite de ccnt trente fcpc gcnres difpofcs fuivancune m^thod^ fyftcmacique ^ Icf^iucls ii'onr pu ecre rapporces aux ordres precddens, foit parce qu'its offrcnc dcs caradercs differens qui pourroient les fairc fcgarder comme de$ chcfs de familles inconnucs, foit parce que rAuceur nc les ayant pas obferv^ lui-mcme, les defcriptions donnces lui ont paru iafuffifances, pour les rcunir a un ordre avec cerdtude.

j

%

''-.

* '

w )

* -4.

Enfin, M. dc Juflleu termine fon ouvrage par un Appendix com^^

?

nant onze genres oublies ou publics 4ans des ouvrages trcs-nouveaux ^ diverfes obfervations ou additions importantes.

Nous penfons que cec Ouvragc prdfQutant bcaucoup de conuoif- fances fur les rapports des plantes, un grand riombre de genres nou- Veaux & d'obfervations intcrelTantes ,* ne peuc etre que tres-utile an progres de la fcicnce, & qu*il mcrice Tapprobation de rAcademie Sc d*etre imprime fpus fon privilegc.

^

Fait X rAcadcmie , le premier Juillet 1783. Fougbroux

PZ BONDAROY, D£SPONTAIN£S, DeLAMARCK.

Jc certific le prefent Extrazt conforme a Vqriginal & au jugcmcnt de tAcadimie. A Paris y le 3 laillct 178^,

Le Marquis de CONDORCET,

I

Jhi!M

4

EXT RAIT dcs. Regijlres de la Sociki Royale dc Medccine^

du 5

Juilkt 1785)

i / -.

-^

V

ov s avons et^ nomm^s , par la Socict^ de Medecine , MM. GeofFroy,

h

Jeanroy cc xnoi ^ pour exaaimer un Ouvrage latin c3e M. Ant. Laur. de Jufticu notre confn dines naiurales difpojii comprc a la Compagnic,

/^

4

UOuvrage de M. dc Juflieu a pour but de reunir tout renfcmblc des Vegetaux connus dans un ordrc qui , n'interrorapant aucune dcs analogies naturelles par lefquelles les diffcrens individus d.e ce regnc 'paroiiTcnt li^s cnfemble , les prc^fcnte au cohtraire dans unc fuite telleracnt continue de nuances & de rapports, que cctte chainc n ait plus befoin , pour etrc complctte , quc dc la rcuniou des plantcs quc ks Naruraliftcs n'ont point encore dccouvertes ou obfcrvees : c*cft ce (ju*il appelle k metliode naturelle,

Cctte methode , en la fuppofant complctte , ne ptefenteroit pas , CQmme les mechodes arcificielles , de grandes intcifedions , dcs di- vifious bicn trancheesj mais chaque plantc placee cntre fes analogues fe trouveroit toujours comme cn famille , & )'on nc pourroit dirc qu^cUc commencat ni quelle finic une fcrie parriculiere. Neanmoins on vcrroit , dans cc grand cnfcmblcj les modifications difFercntes Qune mcrae organifation former, |>ar des analogtcs fpecialcs , dcs grouppesprincipaux d^efpeces prefque fcmblablcsi ces grouppcs places lcs uns aupres des autrcs , "fc touchcroicnt &: fe confondroient par Ics nuances infcnfiblcs de leurs dernieres efpeces , toujours diftindls dans leurs ccntrcs, mais toujours unis dans leurs extrcmitcs.

L'exiftcnce dc ccs grouppes ne pcut etrc revoquee en doutc ; ellc cfl inconteftablement demontree par ccs rcflemblances qui non-feu- lement reuniilcnt plufieurs efpeces de plantes dans diiFerens gcnres 3 mais qm rafTcmblent encore , dans un memc ordre, plufieurs gcnres difrcrcns d'une manierc fi evidcnte que, dans !cs mechodes ariificiellcs memc, Ics Botaniftcs ont ere quelquefois obliges d'abandonner juf- qu'aux caradercs principaux dc Icur clalTification , pour ne pas cloigner des efpeces ou des gcnres que !a Nature elle-mcme Ics for^oit dc x^unir, Ou cn voic dcs cxcmplcs rcmarquablcs dans les fyftcmes d TournefQix & dc Linne.

( M

. Linn^ avolt entrevu rexifteace de <;c:te methoi^e naturellc^ll Tavoit cKerchdc ^t| yain» cpmme il Iq dic .lal*nlcmc» &, il nt fc laifoic pas

d'en reunir les ejemens dans fes Fragmens' naturels. M. Adanfon 3 tache de parvenir au m^tic but en donnant ^q.% Familles des Flantcs^ Mais Bcrnard dc JufTiea , oncle de ]'Auteur de cet Ouvragev cft Ic

aim

foit.parvenu a pofcr les fondemcns d'un edificcplus foride^ prepard long-temps . dans le;filtncc; & cfe Iravail ayant ac<)uis ,^ entre k^ mains dc fon^ey-e .& de "fon ncveiz, un accroinement confidtJrible

paroit

rrag

riddc

i

ou^^age

pofe fon piatfiSc lA

principcs^defquels il cfl parti.

^ n cncre eti maticrcpar dcs g^fieri^ites fur rHiftoire Naturelle Sl fur la Botanique dans lefquelles nous ne le fuivrons pas ici. H fait cnfuitc une cxpoiicioti phyfique dcs difFerenres panies des plantcs;

ufages , 'de leur ftrua«re'«:

n

t «

que. iic iirdcifion , folt pout leftyle, foit pour les' idees , pexdroieat

nmieiu

Nous infiftcrons ccpendant fur cc que rAufcu!*^dic dc Fa "corone Gonr on a trop mcconriu les ufages, & fjr la definirion de-Iaqucnc

V I \ '

bn a bien Varie, parcc qu'on Vz trop fouvcnc confondue- avcc '7c

'■>

calidc.

Lc calicc, dit M. de Jufneu, (& Linnc avoTt au/fi fait *Ia memc

^xrfrictrrc de la-fleiir aui cft coti

n>e

-'\

cnve

'<3ni'

confequent , a la meme origine qae renvcloppc exterieure ou Ic ca* lice, appattietit au calice & n'cft {?dint la corolle» quellcs qtK foicnt fa forme , fa couleur & fon ctendtre.

La corolle, enveloppe interieure dc k fleut, cft continue avec Ic liber oii la feconde ecorcc donc elTc cft unc ■propagarion. Cettc fc-

dotirre

r '

ou dtr moins i

leurs filcts , cnfdrre qiie la corollc, ou placec enrre ccs filets , oa

foUTC

4

croifTcmcQs & fe multJpIiant a leurs depens , femblc ctrc de mitnc

. bature, n en' eft fouvent qu'une appendice , & tombe ordinairement: avec eux apres la fecondarion. Elle paroit deftin^e a fecevoir Jufqu a ce moment cdnime eri depot des fucs qui rabanddnhent alors pour f6 reporter fur Ic germe feconde , & Katcr fon develbp^pement & fi perfeaion. M. de Juflieu deiinic en confequence la coiolk ; cetie em-

■/

fi

ejl une continuite de la fe

i

aved hs etamines\ entoiire ou couronne left

fait jamais corps avec lui ^ tire ft

fente k plus fouvcnt fes divifons dijpofi

Q

>

rfqiiellesfc

&quand , dans une fleur munie dunc feule enveloppe^la'diftinaioil ^ii catice Sc de la qq^ollc; devient douteufe , alors, idit M. de Juffieu^ robfcrvatioti des pkntes analogues donnc la, folutiou du problcme. Ceft aind que renveloppc da NarcifTe faifant corps avcc le fruit , n'ayant point fes divifions altetnes avec Ics etamines, & etsnt par confcquent un veritablc calicc , ne permet pas de nommer' autremeut Venvetoppe de la Jacinre & de tputes les Liliacees qui lui ireiTembleDt. Cettc confideration phyfiquc de la naturc 8t des ufages de la co- xolle & de foii afEnite avec les. etamines ; propre k l'Auteur de cet Ouvragc , eut cmpeclie Tomncfort & Linn^ de tomberdans dc orandcs

crreurs

Tulipc & la Jacinte , ce qu'il appelloit calice datis le Narciffe & riris.

Le dernier nauroit pas d^fign^ une feule & m^me.partic foijslenotri

.^ corolle dans la Rhubarbei .&,dc calicc dans I^ P.a.tiencc*

( Les autres parties^de l^ plante occupent fuccertivement M; de Jufficu

.il neueft point qu'il negHge. En effet, ceft dc renfemble de toutc

' J'organifacion ^ que doivent refuLter les vrais caraiaeres des differens

corps organires- La Naturc a repandu fur toutes leurs pariies les nuances

qui les diftinguent & les uniflTenti & comme ellc a pris foin de toutes,

le Phyficicd n'en doic oublier aucunc.

Mais , en meme-temps qtfil porte un ail obfervateur fur tous Ics d^veloppemens des corps organlques , il doit appt^cicr la valcur de chacun & ks placer fuivant rimportance de leurs fonaions j «

comme c'eft fm-tout daas La rlprodaaion des ctrcs quc h Natia:c i

«

5

ii

t

t^

a pro

fondeur ic fes ihyftcres , aucune parcie ne doit prevaloif ni fur rcm- brion qui efl: le produit de cette admirabk fondion, ni fur Ics organes

fexuels qui en font les inftrumenS. ^ '

. Cefric ces prin.cipes que M. de Juffiea tire lcs loix qui doivent fcrvir a T^tabliffement ^es caraaeres.j ob)et d'autant plus ^importauj; que c'efl: principalement dans leur *choix qu.e, refide la difFerence des mdthodes artificielles & de la m,ithode natureUe. Cclle-ci ayant pour but d'augmentcr Sc de perfeaionner. k fcience phyfiquc , n<! n^gligc aucune des analogies que prefcnte rorganifa^on des etres j celles-l| ayant pour objec la commoditd des, c]afrificaaons & une connoifTancc J)Ius facilc des efpeces , rcnferment teurs cataaeres^ dans un plus petlc rombre <3e parcies donc les difFerentcs combinaifons doivcntetre aifc- inent ic promptement faifies par la menioire - Noiis ne fuivjrpns poiri:. rAuteur dans ranalyfe des fyflcmcs de Tournefort & de Linne , & nous, ;ltions pafler a rapplication de fcs principes a la recherche de U methode natuvelle. Deux routes doiyenti felon lui, nous conduire a la decouvcrte^e cette methode : rune, paf unc efpece (l'analyre , conduic des obfervarlons aux pnncipes i Tautre , paf une mcchode fyuthctique , "conduit.des principes dcr montres a recablifrement des divifions principales qui n*en fonc plos

■m

que les coiifequences.

t.

1-*

>.

Dans h premiere dc ccs progrefTions , il faut que robfervareur fai- filTe les enfembks lcs plus faillaDS que la Nature nous laifTe apperce- voir & qui font comme les echantillons de rordre naturel j ce fonc la fes pas . & c'e{l en les fuivant quon peuc s'alfarer de fa marchc.

II doit commencer par caraderifer les efpeces* & ie premler prih- clpe qu'il doic etablif ^ eft que toutes les plantes parfaitcment fem- hlahles dans toates leurs partles, & qul fe' reprodulfent toujbi/rs fous

une

formes ; fc feule & meme efp

9

fimples St dctermines, elle eft n^celTairement sure & invariable. .

Lcs genfes fonc un afTemblage d'efpeces analogues entrelles. Ici cc n*ell plus une refTembiancc complette quon cxige ; ce font des ana. Jogies fufccptibles dc differens. degres de nuances dont ks limites nc fom paS ddtermin(5es d*unc maniere auffi pr^cifc. Deja ron fcnt qus lcs parties qai compofcnt ces premicrs afTemblages on: ete form&s

pour

16)

d^tcrmination des gaircs^^fl-cne quelqueFois difficile. Leur nomtjre & Icur etcndue onr erc diiFcremnient fixcs par cnaque Eoifanifte , S: la feulc rcgle ex:?de q^«n puiiTc fuivre a cc: 'C-gar^ ,'cfl: de ne faf~ fcmhler, dans un meme gcnre , que /ts efpeces' quz fe rapprochent pur % plus grand ndmbre *de leurs curaBires, Ceft dans rciamcnjdc quelqucs genres reconnus comme tres-natureh , tels que VAconityl^ Delpkinium y la Renoncule i la Scabteufe , le Gcrdnium^ la GcntianCi i^ VaUriane , lc Rofir ^x:. , que ron tjoit" puiCer les principilcs legles qui doivent fervir i ia Tofmation des aiitr&s "gcnrcs^ e'n dif- tinguant, dans les cara£lercs communs qui rappri&client lcurs^efpcces.

ccux qui font les plus conilans dc ccux qui le fontmoins, oblervanc de plus qvfun carafterenriiformc dans un gcnre ne Teft pas' dans .un autre , & cjue dans renumcrktion de ces caraderes un feul caraciere confiant _a une valeur eghfe' ou fupirieurc a celle'-dc plupc^rs variableSi '7Ce que lcs genrcs font aux eipeces, les ordres ou fa^rlles le font aux genres; cc font des ailemblages de^^^gcnres Analogues. Plus IcS analogies font etendues, moins 'les carafteres fiir Icfquels ellcs fonC fondees font nombreux , moins aufli les limites qui les circdnfcrivent

fonr appircntes j auffi la plupart des Bdtaniftes , apres avoir fixela dctcrmination des qenres . ortt pafT^ aox claffifications atbiQ-^ires , fans fonger aux enfembles intemediaires donc quelques-uns feulement onc Jonnc dcs efqutffes imparfaices. Neanmoins la naturc offre cncore aux ycux dc robfcrvat^ur un gr^nd nombc^ d'cxcmplcs de ces affcmblagcs dans les grandes & rcmarquablcs famillcs des Craminies , des Li^ llacees^ des Lahiees , de*s Compofics ^ dcs Ombetliferesl des Crucifires it%'tigumineufes pLC* T^e lctudc de ces familles, robrervateur peut dediiire les rcgles gcneralcs qui doivcnt fervir a en fbrmcr'dc pa- rcilies, en analyfanc les principaux poincs qui caraftcrifent leur ref' fcmbrancc.Plufieurs caradteres qui parb^fFenc conft:ans pour les gcnrcs.

ne font plu<; qu^acceiTaifes "Jans la determination des familles oa dcs ordrcs , 8: il eft encore ptas edenciel dc d^terminer avcc prccifion lcs differens dcgrcs qui en diftinguent riniporcance.

M- 4e Jufncu diftingae les caradeires confldrutifs des ofdrescn trois

dcgrcs*

Les uns qu il njet au prcmier rang font conftans , uniformcs dans

toas lcs ordres (^primarii uniformes) Sc efTcntiels ott tires d'organes roujours cxiftans. Tels font rinfercion dcs etamines ou leur fituatioa rclativcment au piftil , rinfertion dc la coroUe lorfqu^etle porce lcs

ccamines ,

«

1

( ^7 )

«tamines , cnEn le nombre dcs lobes qui accompagnenc rembrion

j

dans la femence, Jamais ces premiers caraderes ne fe dementent dans iine famille. ,

Le fecond rang efl: compofe des caradercs que M. de JufTieu ap- -pelle prefque uniformes {fecundarii fubuniformes^ ^ formes par des organes moins eirentiels , favoir la prefence ou rabfence.du peri- fperme ou corps qui entoure rembrion dans la graine. , celie du calice ou de la corolle qUand celle-ci ne porte pas les ^camines , la uruclure de cette corolle confideree comme monopccale ou polyp^. tale , la fituation refpedive du calice & du piftil , la fubftance du

i

perifpcrnie. Ce fecond ordre dc caraderes eft prefque general dans les familles & n'eft fufceptible que d'un pctit nombre d^exceptions.

Enfin le troifiemc rang eft form^ de caraderes que M- de Juflieu «ppelle demi-uniformes {urtlarii fcmiuniformes) y c'eft a-dire , qui fonttantoi: conftaas, tantot variables, de quclque organc qu'ils foienc tires. Telles fonc les divifions du calice monopbylle ou. polyphylle , le nombre des germes, le nombre, la proporcion mucuelle & la con- nexion des ccamines , le nombre des loges du fmit &: la manicre

dont il s'ouvre , la fituation des fleurs & dcs feuilles , la nature de la tige &c. L'enfemble de ces caradleres peut contribuer a former un caradere de famille, mais chacun fcparemenc ne pcuc fervir qu a de- termmer un genre. Oune cela, il y a meme cntre ces dcrniers carac- tcrcs des degres difFerens qui leur donncnt plus ou moins d'importance ; & en gcncral dc rcftimation dc ces degres il refulce que les caradleres d'un rang inferieur ont bcfoin d'ecre reunis cn grand nombre pour former un caradcre cquivalcnc a un feul du premier rang. -

Ainfi ron voit que , dans cetce analyfe, M, de Juffieu ne neglige aucune des rcflremblances que les plantes peuvent avoir entr'ellcsj quc c'eft de leur enfcmble qu'il de'duic les affinites par lefquclles les Vc- jetaux font unis ; on obferve cncore quc , dans l'importance qu'il atcache a ccs afEnites . il raec une valeur DroDorcionnellc d^un-cor^

a la nacurc des organes qui cn fourniiTent robfervation , de raucre

au nombre d'indlvidus & de genres dans lefquels elles (e rcncoucrenc.

Ceft parmi les caradcres gencriques principaux que ce Botanifte a pris les caracleres conftitu:ifs des ordrcs; c'eft aufli parmi les premicrs caraSeres des ordres qu*il prcnd Ics caraderes confticurifs des clafTcs. II les circ & dc rembrion & dc la difpofition refpc<5hive des dramines *c du piftil ou meme de la fituation de la coiollc Iorfqu*e!Ic porre les

b

f 18 )

^ramines. Mais 3e ccs deux caraderes, celui dc rembrion ^ cclm des infcrtions , lequel doicremporcer fur Tautre ? Ccil ce que rAuteur eiTaic

_ \

de dcterminer en reprenant^ dans im ordre difFerent^ les analogies & les faits dont U vient d*expofcr Tanalyfc.

La feconde mamete de procedcr dans la recherche de rorJre na- turel, eft de partir de principes demomres , & d'cn deduire comnie confequcnces toutes lcs analogics qui^ donnent naifTance aux dilfcrentes claffificat56«s dans kfquelles fe rangent naturellemenc coutes lcs efpeces du regne vegetal.

Un des principes les plus importans qui aienc ^c^ ^tablis par I'ana-

lyfe precedence , c'eft que lcs caraiSeres les plus generaux & les moins variables des plantes font toujours tircs de leurs organcs les plus cffentrcls , & de la modificacion la plus importante de ces organes. Un organe dont la forme n'eft conftance ni dans les genres ni dans les ordres les plus narurelsj ne peuc jamais ecre cmploye pourcarac- t^rifer les premieres divifions. Suivanc cc principe , la raciue , la tigc & Ics feuines, fouvent dirtemblables dans des ptances evidemment analogucs, nc donneronc jamais de caradlcres princlpaux.

Ceft donc dans les parties de la frudificacioa qu'il faut les cbercher.

j

Or , le calice & la corollc ^tant des parcies accelfoires qui manquent U^ailleurs dans plufieurs plantes > on ne peutpas s'y arrlter pour formcr un premier caraActe,

1

Les ctamincs Sc Ic piftil formant Ic complement de k vraie flcur , font dcs organcs clTcntiels , puifqu^ils fervent enfcmble a produire fa graine; tnais ils fe fietrifTcnt apres qu'ils ont rempli leurs impor-- tantes fondions , & le germc, ou plucot rembrion de la graine pour qui feul touc ce bel apparcil eft prepare, croic, fe ddveloppe & murit dcftine a reproduire une nouvelle plante^ par-touc il eft J^objcc dcs foins lcs plus recherchcs de la Nacure. Ccft donc par rembrion quc Ton doiccommencer pour ctablir Ics carafftercs principaux furlcfquels fonc fbndecs lcs premieres divifions du regne vcg^raL

Fembrion ou exifte fcul & fans etrc accompagniif dcs lobes femi-

haux noihmcs CotyUdons ^ ou il eft attache' a un feul lobe , ou enfin il fc trouvc p!ac(i cnrre deux lobcs. De-Ia une premiere & ^rande di- vifion dcs plantes cn Acotyledones ^Monocotylidones & Dicotyledones , divifion fondec fur la conftantc uniformite dc cc caradcre dans toas !c5 ordres connus. , '

Lcs aurres parcics dc !a fcmence, ou n'ont pas ete allez generalc*

& tlfTcz kiupulcufcmcni obfcrvecs > ou fourniHeac dcs caraderes

«

L

fiijcts a un trop grSn.! nombre d'cxccptions, pour donner licu a der divifions du prcmicr ordre.

Les organes qui , apies rembrion , tiennent le premicr rang, font Ics etamines &: le piftil j c'eft a leur difpofition refpedive que s'ar- rcte M. de Juffieu , parce quil obfcrve que ce caradere , quoique n<f- glige par la plupart des Botauiftes , eft cependant Ic feul vraimenc conftan: & invariable fourni par ces organes. D'aillcurs , cette ma- nierc de les confiderer en les rc^uniltant fous un meme f gne , femblc beaucoup mieux convcnir a des organes qui , dans rordre de la Na- ture , font d'une e'gale imporrance, ou plutot ne deviennenc imporcans que par leur reunion. Ce caradere peur etre exprirae par celui de la feule infcrtion des eramines, laquelle fuppofe toujours la pofition rc- lative du piftiL

Les etamines font portces fur le piftil racme , ou plac(fes au-deirous de cet organe , ou enfin elles s'inserent fur le calice q-ji renvi- ronnc. De-la trois ordres de divifions claffiques eiTentiellement dif- ' tmaes qui font Ics iplgynUs , les hypogynles & hsperigynies. Izmzn ces infertions ne fe confondent dans nne memc ferie. II n"cn eft pas de meme de fiiifertion des ctamines a la corolle qui fe trouve quel- quefois reunie dans un meme ordre avec chacune des trois pr^- c^dentes. L'aufeur eiplique cette particularite en obfervant que la corolle , efpecc d'appendice des dtamines, doit, dans le cas dc cettc infertion , etre regardee comme un fimplc fupport interraediaire dont Tinfertion par cela meme detcrmine cclle des (?ramines; eik eft fuf- ceptible d'etre divifee dc mcme , peuc ecre confondue avec elle 5c prife pour ellc , & devicnt alors un caraaere effentiel.

De certe di{pofition il refulte fcpt claffes principales : les Acotyle- dones ii'ofFrant point des organes fexuels tres-diftin£ls & contcnanc un moindre nombre d'ordres ou de gentes, ne forment qu'une fculc clafle i c eft la premiere. Lcs deux aatres divifions partagees felon Ics trois infercions , donnent lcs fix clafies fuivantes , & c'eft fous cet arrangement qae Bernard de Juffieu avoir diftribuc fes diflerens ordres ou familles dans le Jardin de Trianon.

Dans ce plan , la divifion immenfe des Dicoryledones , quoique partagee cn trois claffcs , fe trouvoit encore trop nombrcufc pour n'avoir pas befoin d'etrc fubdivifee. E>es obfcrvarLons cirees dc caraderes fecondaires , mais dont runivcrfalite , prefque fans. excep-

oni

hl^

10 )

1

fbiirni a M. dc Juffieu dc nouvelles <!ivifions au moyen dcfqucnes les

j

ordrcs fe trouvenc diftxibues dans des grou^pes plus uniformes Sc pIli5 egaax.

Nous avons deja dit que rinfcrnon dcs cramines , dans les trois poincs principaux de la fleur, avoic lieu foic immediatemenc , foic par rintcrmede de la corolle, d'ou refulce la divifion des trois infertions cn midiates & immediates. Une obfervacion preCque conflante ptouvc quc toucc infercion des ccamines a la coroUe fuppofe cette coroUc monopctale , & toutes les coroUes polypetales a tres pcu pres ont leurs pecal^s diftinfts des eramiiies qudique toujours inferces au memc poinr 5c ayant avec elles une meme origine. La corollc monopetalc annoncc donc prcfque toujours rinfcrtion mcdiate , & la corolle po- lypetale fuppofc rinfercion immediate. Dc plus ^ rinfertion peut ecrc immediare , foit dans des planres dont les fleurs n'ont point de co- loUc , foit dans ccUes dont les fleurs font charg^es de p^talcs ; ce qui donne lieu a M. de Juffieu de diftinguer deux fortes d^inferrions immcdiates, rune immediate abfolue ou. nicejfaire faute de coroUe, Taatre fimplement Immidiate qni annonce rexiftence d'une corollc polypecalc a laqueUc les ecamines iVadberent pas ordinairement, mais peuveni quelquefois adherer.

Ces obfervations fourniflent neuf claflcs principalcs formees par

rinfertion immidiate nicejfaire ^ Tinfercion mediate &C rinfcrtion j7m- flement immidiate ^ ou , cc qui rcvienr au memc , par Ics Ape^ tales , les Monopetales & les Polypetales ^ fubdivifees chactme en epi^ gynies , hypo^ynies & perigyrJes. On retrouve donc ici une des grandcs divifions de Tourneforc prife dc la coroUc , organe tres-fe- condairc en lui-meme , mais qui, par fon union avcc un organc principal & ertenciel dont Tournefort n*avoit pis la connoiflance , fc trouve paffer au premier r«ng.

On lemarquc cncore que parmi les flcurs monoperales donc la coroUe eft epig^^ne ou port^c fur le piftil , lcs unes ont les anthercs dijiincies , Sc les autres les onr riunie^ en tubc ou en gainc. Ce ca- ra£>ere tres-fecondairc en lui-mcme, & moins important dans les autrcs clafles , fuffit dans cclle-ci pour formcr une nouvellc fubdivi- fion & feparer la fcrie nombreure des plantcs Compofees qui ont !c$ ftnrheres rcimies , dc tourcs les aurrcs plantes a fleurs cpigyncs dont les ^tamines fonc diftinctes^ & , au moyen de ce parcage d'unc dcs

cla/Ts principales , M. de JufllLni cn ajouce unc aux neuf precedcm-

mcnt ^noncccs dans Ics Picotylcdones.

Enfin les plantcs appellee didines , ou dont lcs fexcs font cllcn- tiellemenc fcpares par la ftrudurc mcme dc leurs organes , fans qu'on en puirte accufer foit ravortement des etamines dans Ics flcurs fc- mclles , foit celui des piftils dans les flcurs males , formcnt unc^ derniere clalTc qui appartient encore aux Dicotyledones.

Voici donc, dans les Dicotyledoncs , onze divifions toutcs r^pon- dantcs a de grands cnfcmbks traccs par la nature & confacres par la reunion des familles les plus naturclles & les mieux detcrminees/ , Les